Chirurgie dentaire

Traitements dont le but est de modifier artificiellement la dentition

Après la pose d'implants dentaires

Après la pose d'un implant dentaire


Suite à une intervention d'implant dentaire, le patient doit prendre grand soin de la zone entourant son nouvel implant. Durant le premier mois, l'implant dentaire n'est pas définitivement intégré à l'os et aux tissus, la routine de soins du patient doit donc être légèrement plus complète pendant cette période initiale. Principalement, il est important de ne pas toucher à la plaie dans les premiers jours suivant la chirurgie. Le patient doit éviter de rincer ou toucher la bouche, et de cracher pendant vingt-quatre heures après l'intervention pour éviter de contaminer ou d'irriguer le site opératoire. Il est important de suivre les conseils de soins suivants après une chirurgie d'implant dentaire.


Antibiotiques : Le patient doit prendre tous les antibiotiques prescrits pour prévenir une infection du site opératoire. Vingt-quatre heures après la chirurgie, le patient doit commencer à utiliser le rince-bouche prescrit deux fois par jours et se rincer la bouche avec de l'eau chaude salée de quatre à cinq fois par jours (idéalement après chaque consommation de nourriture).


Saignements : Il est normal que le patient retrouve du sang dans sa salive pendant les vingt-quatre premières heures suivant l'intervention. Nous recommandons de maintenir une pression continue sur la plaie en mordant dans un tampon de gaze et de répéter au besoin.


Réduire la douleur : Les effets de l'anesthésie se dissipent peu de temps après la chirurgie d'implant dentaire. Il est préférable de prendre des médicaments contre la douleur avant que cela ne se produise. Tout médicament sans prescription contre la douleur peut être consommé (Tylenol®, Aleve®, ibuprofène, etc.).


Alimentation : Nous recommandons une alimentation initiale d'aliments mous, mais le patient peut reprendre une alimentation normale dès qu'il s'en sent capable. Il est également très important de rester hydraté.


Hygiène : Afin que l'implant dentaire guérisse convenablement, le site opératoire doit être bien nettoyé. Le patient peut se brosser les dents comme à l'habitude, mais en évitant les points de suture et l'implant. Les antibiotiques et bains de bouche à l'eau salée se chargeront de désinfecter l'implant.


Enflure : Il faut s'attendre à ce que le patient présente une enflure suite à une intervention d'implant dentaire. Afin de minimiser l'enflure, le patient peut tenter de garder sa tête élevée et de diminuer ses activités autant que possible. Un bloc réfrigérant peut également être appliqué pendant les quarante-huit premières heures.


Port d'une prothèse ou d'un protecteur buccal : Les prothèses partielles ou amovibles, les dentiers, les appareils de rétention et les protecteurs buccaux ne doivent pas être portés pendant les dix jours suivant la procédure. En cas de circonstances particulières, nos professionnels se feront un plaisir d'en discuter avec le patient.


Consommation de tabac : Celle-ci peut augmenter le risque d'infection suite à une chirurgie d'implant dentaire et peut nuire à l'intégration complète d'un implant dentaire. Nous recommandons au patient de ne pas fumer pendant un minimum de deux semaines suite à la chirurgie.


Période de guérison


Bien que le cas de chaque patient soit unique, la période de guérison suite à la pose d'un implant dentaire possède quelques points généraux. Maintenant que le patient possède un nouvel implant dentaire, son objectif principal doit être de maintenir une bonne hygiène buccale. L'implant doit être gardé soigneusement propre afin d'assurer une fusion adéquate avec l'os maxillaire. Un implant dentaire bien entretenu peut durer toute une vie. Le maintien d'une bonne hygiène permettra également la diminution graduelle de tout inconfort ressenti dans la bouche du patient. Si la douleur persiste, le patient peut continuer sa consommation de médicaments contre la douleur en vente libre sans problème. La période de guérison diffère selon que le patient reçoit une pose de couronne immédiatement ou seulement après la fusion de l'implant avec l'os de la mâchoire. Le traitement et son suivi seront planifiés cas par cas.


N'hésitez pas à communiquer avec nous si vous avez des questions.

Après l'extraction d'une dent

Après l'extraction d'une dent


Plusieurs situations peuvent justifier une extraction de dent. Certains patients souffrent de caries, d'autres doivent se faire retirer des dents nuisant à leur traitement orthodontique, et plusieurs ont simplement besoin que leurs dents de sagesse soient extraites. Même si l'extraction d'une dent peut être une procédure dentaire majeure, les soins post-opératoires sont tout aussi importants que l'intervention en soi. Le patient doit savoir que la douleur et les risques d'infection peuvent être réduits grâce à des soins adéquats.


Soins immédiats après l'opération


  • Maintenez une pression sur le tampon de gaze place par le dentiste sur le site opératoire en mordant doucement dedans.
  • Humidifiez le tampon avec de l'eau s'il s'assèche.
  • Tentez d'exercer une pression régulière par intervalles de 45 à 60 minutes, répétez aussi souvent que nécessaire, ou jusqu'à ce que les saignements diminuent.
  • Changez le tampon au besoin.
  • Gardez votre tête élevée et essayez de diminuer vos activités autant que possible.
  • Quarante-huit heures après l'intervention, commencez à rincer votre bouche avec de l'eau chaude salée à toutes les heures ou aux deux heures. Évitez d'utiliser du rince-bouche contenant de l'alcool puisque celui-ci peut irriter la plaie.
  • Nettoyez votre bouche en brossant autour du site opératoire, mais assurez-vous d'éviter les points de suture. Évitez de toucher à la plaie de quelque façon que ce soit.
  • Appliquez un bloc réfrigérant sur votre visage au niveau de la zone d'extraction pour contrôler l'enflure.
  • Prenez tous les médicaments prescrits. Si vous souffrez de démangeaisons ou d'enflures importantes, communiquez avec notre clinique ou rendez-vous à l'urgence.
  • Il est préférable de consommer des aliments mous et à teneur élevée en protéines.
  • Restez hydraté, mais ne buvez pas à l'aide d'une paille pendant cinq à sept jours suite à la chirurgie.
  • Évitez de fumer pendant trois à quatre jours suite à l'intervention puisque cela pourrait causer une infection.

Suite à une extraction de dent, la guérison peut prendre un certain temps. Les points de suture devraient tomber ou se dissoudre de trois à quatorze jours après l'opération. En cas de points de suture non résorbables, votre dentiste planifiera un rendez-vous pour les retirer. La cavité se remplira graduellement d'os avec le temps et se recouvrira des tissus adjacents.


Possibilité de complications suite à une extraction de dent


Saignements : Il est normal que le patient retrouve du sang dans sa salive pendant les trente-six premières heures suivant l'intervention. Si les saignements sont importants, mordez dans un tampon de gaze afin d'appliquer une pression sur la cavité. Une poche de thé humide peut remplacer un tampon de gaze puisque l'acide tannique aide à rétrécir les vaisseaux sanguins. Exercez une pression pendant une trentaine de minute en mordant dans le tampon ou la poche de thé. Sachez que les émotions fortes, la position assise et l'exercice peuvent augmenter la circulation sanguine dans la tête, ce qui pourrait amplifier les saignements au niveau de la cavité. Si les saignements ne diminuent pas après quarante-huit heures, téléphonez-nous.


Fragments de dents dans les tissus mous : Dans certains cas, des petits fragments de dents résistent à l'extraction. Pendant la période de guérison, ces fragments s'incrustent naturellement dans les gencives. Cette manifestation peut être légèrement douloureuse tant que les fragments ne sont pas retirés. Si vous sentez ces fragments percer le site opératoire, téléphonez-nous.


Cavité sèche : Dans les jours qui suivent une extraction de dent, la douleur s'estompe graduellement. Rarement, il arrive qu'un patient ressente une douleur lancinante montant jusqu'à l'oreille. Cela trahit généralement un cas de cavité sèche. La cavité sèche apparaît lorsqu'un caillot devient irrité puis est expulsé avant que la guérison ne soit achevée. Des aliments peuvent alors s'introduire dans la cavité et causer de l'irritation. Les consommateurs de tabac et de contraceptifs oraux présentent un risque plus élevé de cavité sèche. Cette dernière n'est pas une infection mais nécessite tout de même une visite en clinique. Si vous pensez souffrir de cavité sèche, communiquez avec nous immédiatement.


Étourdissements : Puisque vous aurez jeûné avant la chirurgie, votre niveau de sucre dans le sang pourrait être plus bas que la normale. N'oubliez pas de vous relever tranquillement d'une position assise ou couchée, et ce jusqu'à ce que votre corps ait entièrement rétabli son niveau de sucre. Pour un soulagement rapide, tentez de manger quelque chose de mou et sucré, demeurez en position de relaxation et réduisez l'élévation de votre tête.


Engourdissement : De nombreux patients se sentent toujours engourdis plusieurs heures après la procédure d'extraction de dent. Il est normal d'éprouver une perte de sensation autour de la bouche jusqu'à dix à douze heure après l'opération.


Enflure : L'enflure devrait s'estomper presque entièrement dans les dix jours suivant l'intervention. Tout de suite après l'extraction, placez un bloc réfrigérant sur votre visage au niveau du site opératoire. Utilisez le bloc par intervalles de quinze minutes pendant les trente-six premières heures. Après cette période, la glace ne contribuera plus à la diminution de l'enflure, et il faudra plutôt appliquer une serviette humide et tiède sur le visage.


Trismus (difficulté à ouvrir et fermer la bouche) : Si vous souffrez d'une mâchoire sensible ou éprouvez des difficultés à mâcher ou à avaler, ne vous inquiétez pas. Il arrive parfois que les muscles et jointures de la mâchoire demeurent sensibles pendant plusieurs jours après la chirurgie. Cette douleur peut rendre l'action d'ouvrir et de fermer la bouche difficile, mais elle s'estompera d'elle-même.


Si vous avez des inquiétudes ou éprouvez des complications n'ayant pas été mentionnées ci-dessus, communiquez avec nous immédiatement afin que nous puissions vous apporter de l'aide.

Avant l'anesthésie générale

Avant l'anesthésie générale


Vous aurez l'opportunité lors de votre rendez-vous pré-opératoire d'aborder vos préoccupations, s'il y a lieu. Nous vous encourageons de poser des questions et de nous informer de toute peur que vous puissiez avoir. Notre objectif principal est de créer un environnement de chirurgie sûr et confortable pour nos patients, ainsi, le plus vous communiquez avec nous, le mieux nous pouvons répondre à vos besoins. Les directives suivantes doivent servir de guide à votre préparation pour la chirurgie dentaire. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous téléphoner.


Période précédant la chirurgie


Le jeûne doit commencer à minuit la veille de la chirurgie pour les patients ayant un rendez-vous en avant-midi. Si votre rendez-vous est en après-midi, ne consommez pas de nourriture huit heures avant votre rendez-vous. Vous pouvez tout de même boire des liquides clairs (eau, jus de pomme, café noir, boissons énergétiques). Il n'est pas permis de boire de l'alcool, du jus d'orange, du lait, de la crème ni autres breuvages épais durant le jeûne. Il est préférable d'éviter tout fluide six heures avant l'intervention. Si vous n'êtes pas certain de ce qui peut être consommé, posez-nous la question lors de votre rendez-vous pré-opératoire.


Les médicaments suivants peuvent être pris avec une petite gorgée d'eau avant la chirurgie:

  • Médicaments cardiaques
  • Médicaments pulmonaires
  • Stéroïdes
  • Anticonvulsivants
  • Médicaments antiparkinsoniens

Les médicaments suivants doivent être évités pendant les deux jours précédant la chirurgie puisqu'ils peuvent causer des complications lors d'interventions dentaires :


  • Inhibiteurs MAO
  • Antidépresseurs
  • Aspirines
  • Anticoagulants
  • Anti-inflammatoires

L'alcool et le tabac ne doivent pas être consommés pendant vingt-quatre heures précédant et suivant l'opération.


Jour de l'opération


Si vous êtes mineur, un parent ou tuteur légal doit être présent pendant toute la durée de l'opération. Tous les patients doivent être raccompagnés par un conducteur titulaire d'un permis de conduire, et il est préférable que les patients soient en présence de quelqu'un pendant les douze heures suivant l'intervention.

Brossez vos dents comme à l'habitude, mais assurez-vous de ne pas avaler d'eau ou de pâte à dent. Ne portez pas de maquillage ni de vernis à ongles.

Si vous portez normalement des lentilles de contact, veuillez les retirer avant la chirurgie, ainsi que vos bijoux et dentier.

Nous préférons que vous portiez des vêtements amples et confortables ainsi que des souliers à semelle plate. Les hauts à manche courte ou trois-quarts sont recommandés.

Après la chirurgie, vous ne serez pas entièrement éveillé, vous ne pourrez donc pas retourner au travail ou à l'école, et ne pourrez pas conduire ou opérer un véhicule. Assurez-vous d'avoir de l'aide pour monter les escaliers ou pour toute autre tâche difficile.


Si vous remarquez tout changement dans votre état de santé le matin de votre rendez-vous, veuillez communiquer avec la clinique immédiatement. Un rhume ou une fièvre avec congestion de la poitrine ou des sinus peut affecter dangereusement une chirurgie, il est donc essentiel que la clinique soit mise au courant. Si votre rendez-vous doit être reporté, vous en serez avisé.

Chirurgie corrective de la mâchoire


La chirurgie orthognathique fait référence à la correction chirurgicale des anomalies importantes du maxillaire (mâchoire supérieure), de la mandibule (mâchoire inférieure), ou des deux. L'anomalie peut être un défaut de naissance, un défaut de croissance, ou le résultat de lésions traumatiques à la mâchoire.


La chirurgie orthognathique est généralement effectuée par un chirurgien buccal et maxillo-facial pour corriger une malocclusion (mauvaise occlusion) dans les cas où un traitement orthodontique traditionnel n’a pas été ou ne sera pas efficace. Les chirurgies orthognathiques comprennent la reconstruction de la mandibule, du maxillaire ou de la branche montante de la mandibule, et une ostéotomie maxillaire ou mandibulaire.


Il existe plusieurs classes de malocclusions (la mauvaise fermeture des dents) qui peuvent nécessiter une chirurgie orthognathique :


Occlusion de classe I — Cette malocclusion signifie que les incisives antérieures inférieures sont assises directement derrière les incisives supérieures antérieures lorsque le patient mord. Cette malocclusion est considérée comme étant moins défavorable que les malocclusions de classes II et III.


Malocclusion de Classe II — Cette classe est identifiée lorsque les incisives inférieures antérieures se trouvent très loin derrière les incisives antérieures supérieures lorsque le patient mord; dans certains cas, les dents touchent aux tissus mous derrière les incisives supérieures. Ceci est communément appelé un surplomb vertical et peut causer de l'inconfort, des lésions osseuses, une usure excessive des dents antérieures et la perte des dents.


Malocclusion de Classe III — Cette malocclusion est aussi nommée surplomb vertical négatif et elle se produit lorsque les incisives antérieures inférieures et la mâchoire inférieure sont positionnées en avant des dents supérieures, ce qui rend la mâchoire inférieure beaucoup plus proéminente que la mâchoire supérieure.


Motifs d’une chirurgie orthognathique


La malocclusion des dents peut créer des forces destructrices importantes au niveau des cinq muscles puissants qui contrôlent la fermeture et l'ouverture des mâchoires. Ces muscles génèrent une force énorme lors du serrement ou du grincement des dents et lors de la mastication. Un mauvais alignement peut créer des dommages au niveau de la fonction et de l'apparence esthétique des dents à bien des égards s’il n'est pas traité, comme :


  • Usure prématurée des dents — Dans le cas d'une surocclusion, la pression et l'usure des dents ne sont pas uniformes. Cela peut également conduire à des désordres temporo-mandibulaires (DTM), des migraines et la perte des dents.
  • Douleurs chroniques aux mâchoires ou aux muscles et maux de tête — Le mauvais alignement des dents modifie l’interaction des muscles du visage. Dans certains cas, le cartilage du ménisque de l'articulation temporo-mandibulaire qui agit comme un tampon entre les mâchoires peut être douloureusement endommagé.
  • Dents mobiles — Lorsqu’une pression inégale est continuellement exercée là où il ne devrait pas y en avoir, ou lorsque des tissus mous sont endommagés par une surocclusion, les dents adjacentes peuvent devenir mobiles dans l’alvéole dentaire, ce qui provoque des douleurs et réduit le bon fonctionnement.
  • Hypersensibilité dentinaire — Au fur et à mesure que les dents sont endommagées par une usure anormale, l’émail dentaire s’amincit et les nerfs deviennent moins protégés. Ce manque de protection peut conduire à des douleurs aiguës lorsque des aliments chauds ou froids sont consommés.
  • Difficulté à avaler, mâcher ou mordre les aliments — Chacun de ces problèmes peut être associé aux douleurs musculaires et/ou au mauvais alignement des mâchoires supérieure et inférieure.


En quoi consiste la chirurgie orthognathique?


Lorsque le dentiste identifie un patient comme étant un bon candidat pour la chirurgie orthognathique, une analyse complète photographique est effectuée. Cela inclut des radiographies panoramiques et céphalométriques, ainsi que la fabrication de modèle, d’empreinte et autres radiographies. Votre chirurgien buccal et maxillo-facial, votre orthodontiste ainsi que le dentiste vont travailler ensemble et examiner de quelle façon la chirurgie corrective aura un impact à la fois sur la fonction de la mâchoire et sur l'aspect esthétique de l'ensemble du visage.


En général, les appareils orthodontiques sont nécessaires avant l'intervention chirurgicale pour aligner les arcades et redresser les dents, en plus, un appareil de rétention peut être utilisé après la chirurgie. Au cours de la chirurgie maxillaire, la mâchoire supérieure est déplacée et son positionnement peut être assuré par de minuscules plaques, des fils, des bandes de caoutchouc et des vis. La chirurgie mandibulaire est réalisée avec des greffes osseuses qui permettent d'aligner la mâchoire inférieure dans la bonne position. La chirurgie orthognathique nécessite généralement une anesthésie générale et de bons suivis postcures. Des médicaments antidouleur seront prescrits si nécessaire, et vous recevrez des conseils postcures pour votre rétablissement. Vous pouvez également être tenu de modifier votre alimentation (si nécessaire).

Reconstruction faciale


Les chirurgiens buccaux et maxillo-faciaux sont des spécialistes formés pour la gestion et le traitement des traumas du visage. Il y a un nombre infini de façons d’endommager le visage et une variété de reconstructions possibles. Les accidents de la route, les chutes et la violence physique font partie des causes les plus fréquentes. Les lacérations, dents fracturées, mâchoires fracturées, fractures des os du visage, dents avulsées et lacérations intraorales sont quelques-unes des principales blessures au visage résultant de ces événements.


Les traumas sont évalués par les professionnels de la santé selon trois principales classes :


Blessures des tissus mous — Les traumas des tissus mous comprennent les lacérations de la peau et tous les dommages intraoraux (de la gencive).


Dents avulsées (assommées) — Les dommages aux dents sont très fréquents et leur traitement doit être immédiat pour assurer le succès de la réimplantation.


Blessures osseuses — Cette catégorie englobe l'ensemble du visage, incluant les fractures de l'os zygomatique (pommettes), des os de la mâchoire, des cavités orbitaires, du palais et du nez.


Régions spéciales — Les régions spéciales se réfèrent aux nerfs du visage, aux yeux et aux glandes salivaires.


Motifs d’une reconstruction faciale


Mis à part les raisons esthétiques évidentes de réparer des dommages au visage, il y a aussi une certaine inquiétude pour la santé et les dents découlant d’un trauma, même le plus petit. Aucune blessure au visage ne doit être prise à la légère. La respiration, l’élocution et la déglutition peuvent être considérablement réduites selon la localisation exacte de la blessure.


Bien que les fractures du visage soient généralement traitées dans les salles d'urgence, les dents endommagées peuvent être rapidement traitées par le dentiste. Le défaut de traiter les traumatismes dentaires et faciaux peut conduire aux problèmes à long terme suivants :


  • Perte de la fonctionnalité : Les dents qui subissent un trauma peuvent devenir mobiles dans leurs alvéoles, ce qui peut provoquer des problèmes de mastication et d’élocution.
  • Mauvaise esthétique du sourire : Les dents ébréchées, cassées ou manquantes peuvent être préjudiciables à la beauté du sourire. Le dentiste est capable de réparer facilement les éclats, les fractures et les dents manquantes.
  • Occlusion/mastication irrégulière : Après un trauma, il est possible que les dents deviennent mal alignées. Un mauvais alignement des dents peut conduire à des désordres temporo-mandibulaires, des dents anormalement usées et d'autres complications.


En quoi consiste la correction d’un trauma facial?


Si les os du visage ont été brisés ou cassés, ils seront traités sensiblement de la même manière que n'importe quel os brisé. Bien sûr, un plâtre ne peut pas être appliqué sur un os de la pommette, mais les os peuvent être solidement maintenus par une plaque et des vis, ou des fils. La lacération des tissus mous sera traitée immédiatement par des points de suture.


Dans les cas où une dent a été frappée et tombe nette hors de la bouche, il y a encore une possibilité de la réinsérer. Plus vite le dentiste replacera la dent naturelle; plus grande sera sa probabilité de survie. Le dentiste peut implanter une dent prothétique pour restaurer la fonctionnalité et l'esthétique si la dent ne possède plus les ligaments nécessaires à sa réinsertion. Le dentiste peut aussi fixer la dent déplacée en utilisant un support structural comme un ciment ou des fils, avec de bonnes chances de réussite. Le traitement endodontique est également une possibilité pour les dents mobiles ou brisées.


Votre dentiste effectuera un examen approfondi et diverses radiographies afin de déterminer l'état précis de la région concernée et établir un plan de traitement. Des médicaments antidouleurs seront prescrits si nécessaire, et vous recevrez des conseils postcures pour votre rétablissement.

Greffe osseuse


La greffe osseuse est souvent étroitement associée aux restaurations dentaires telles que les ponts et les implants dentaires. Dans la majorité des cas, le succès d'une procédure de restauration dépend de la hauteur, de la profondeur et de la largeur de la mâchoire au site de l'implant. Lorsque la mâchoire a régressé ou subi des dommages importants, l'implant ne peut être soutenu par cette fondation instable et une greffe osseuse est habituellement recommandée.


Il y a plusieurs facteurs importants qui influent sur le volume osseux de la mâchoire :


  • Les maladies parodontales — Les maladies parodontales peuvent affecter et endommager de façon permanente l’os de la mâchoire qui soutient les dents. Les régions touchées s’aggravent progressivement jusqu’à ce que la dent devienne instable.

  • L’extraction des dents — Les études ont démontré que les patients ayant subi une extraction dentaire perdent subséquemment de 40 à 60 % de l’os entourant le site d’extraction au cours des trois années suivantes. La perte osseuse donne lieu à ce qu’on appelle « un défaut osseux ».

  • Les blessures et les infections — Les blessures dentaires et d'autres blessures physiques résultant d'un coup à la mâchoire peuvent entraîner une rétractation osseuse. Les infections peuvent également provoquer une rétractation de l'os de la mâchoire d'une façon similaire.


Motifs d’une greffe osseuse


La greffe osseuse est une procédure très réussie dans la plupart des cas. Elle est également la meilleure alternative aux dents manquantes, dent malade ou malformation. La greffe osseuse peut augmenter la hauteur ou la largeur de la mâchoire et combler les cavités et les défauts osseux.


La greffe osseuse peut amener un impact positif sur la santé et la stabilité des dents de deux façons :


Stabilisation de la mâchoire — La greffe osseuse stabilise l'os et aide à rétablir la fondation de la mâchoire pour la chirurgie restauratrice ou implantaire. Les déformations peuvent également être corrigées et la restructuration de l'os peut apporter un meilleur support.


Préservation de l’os existant — La greffe osseuse peut limiter ou prévenir la résorption osseuse après une extraction dentaire, une maladie parodontale, ou d'autres processus invasifs.


Examen buccal


Initialement, le dentiste examinera soigneusement la zone affectée afin d'évaluer l'état général des dents et des gencives. Si une maladie parodontale est présente ou si les dents adjacentes sont en mauvais état, ces facteurs seront pleinement pris en compte avant la procédure de greffe osseuse. Le dentiste recommandera également des radiographies panoramiques afin d'évaluer précisément la profondeur et la largeur de l'os existant. À l'occasion, un tomodensitogramme peut être recommandé pour déterminer l'état de l’os. Selon ces résultats, le dentiste peut aussi anesthésier la région et explorer la gencive afin de déterminer le type et la quantité d’os nécessaire.


En quoi consiste une greffe osseuse?


Il existe plusieurs types de greffes osseuses. Votre dentiste déterminera la meilleure selon votre condition particulière.


La greffe autogénique — L’os est récolté à partir du corps du patient (généralement de la partie postérieure de la mâchoire inférieure ou du menton). Cette méthode est généralement préférée parce qu'elle produit les résultats les plus prévisibles.


La greffe allogénique — Ce type de greffe utilise de l’os qui provient d’un cadavre ou qui est de nature synthétique.


La greffe xénogénique — Ce type de greffe utilise de l’os qui provient de la vache.


La procédure de greffe osseuse se déroule souvent sur plusieurs mois. L'os est généralement récolté à partir de votre propre corps (ou en de rares occasions obtenues à partir d'une « banque d'os ») et est ajouté au site visé. Cet os fusionnera avec l'os existant et la migration des cellules entraînera une adhésion ferme et une croissance cellulaire. L’ajout d’os à la mâchoire augmentera la masse osseuse pour aider au soutien et à l'ancrage de l'implant.


Au cours de la chirurgie, le dentiste procédera à une anesthésie locale aux sites de prélèvement et de greffage. Une petite incision sera effectuée pour préparer le site et le nouvel os y sera fixé. À l'occasion, une membrane synthétique peut être utilisée pour recouvrir le greffon. Cette membrane empêche l’invasion par les bactéries et les tissus mous, et elle favorise la croissance osseuse. La chirurgie ne nécessite aucun séjour à la clinique et vous recevrez des instructions pour les soins post-opératoires. Le dentiste vous prescrira des médicaments pour aider à prévenir l’infection et soulager l'inconfort et l'enflure.

Greffe de tissus mous


La greffe de tissus mous est souvent nécessaire pour traiter les récessions gingivales. Les maladies parodontales, les traumas, le vieillissement, le brossage excessif, et le mauvais positionnement des dents sont les principales causes de la récession gingivale qui peut conduire à une exposition marquée des racines dentaires dans les cas graves.


Lorsque les racines d'une dent sont exposées, les aliments chauds et froids peuvent être inconfortables, la carie est plus fréquente et l'aspect esthétique du sourire est modifié. L'objectif principal de la greffe de tissus mous est de recouvrir la racine exposée ou d’épaissir les tissus gingivaux existants afin de stopper la perte de tissus.


Les trois types courants de greffes de tissus mous comprennent :


  • Greffe de gencive libre — Une bande de tissu est prélevée à partir du palais de la bouche et suturée au site de greffe afin de promouvoir une croissance naturelle. Ce type de greffe est plus communément utilisé pour épaissir les tissus existants.

  • Greffe de tissu conjonctif — Des tissus sous-épithéliaux sont nécessaires pour traiter les problèmes de grandes surfaces ou de racines exposées. Ce tissu conjonctif sous-épithélial est prélevé à partir d’un petit lambeau dans la bouche et suturé au site de greffe. C'est le traitement le plus courant pour les racines exposées.

  • Greffe pédiculée — Ce type de greffe consiste à « partager » des tissus mous entre le site affecté et les gencives adjacentes. Un lambeau de tissu est partiellement sectionné et déplacé latéralement pour couvrir la racine. Les résultats de ce type de greffe sont excellents parce que le tissu déplacé dans la zone adjacente comprend des vaisseaux sanguins.


Motifs pour une greffe de tissus mous


La greffe de tissus mous est une procédure extrêmement polyvalente qui a plusieurs utilités. Le développement récent de certaines technologies dentaires a permis des greffes de tissus mous plus prévisibles et moins intrusives. Voici quelques-uns des principaux avantages associés aux greffes de tissus mous :


  • Plus de confort — L'exposition des racines peut causer des douleurs importantes et de l'inconfort. Les aliments chauds, froids ou même tièdes peuvent causer d’importants malaises. Les greffes de tissus mous couvrent les racines exposées, diminuent la sensibilité et rétablissent la santé des gencives.

  • Amélioration de l'esthétique — La récession gingivale due aux maladies parodontales peut provoquer un sourire « plus long » ou faire paraitre les dents inégales. Les greffes de tissus mous peuvent être utilisées comme procédures esthétiques pour augmenter les gencives et rendre le sourire plus symétrique.

  • Amélioration de la santé gingivale — La maladie parodontale est une maladie progressive qui peut détruire les tissus mous très rapidement. Lorsqu'elle est utilisée en combinaison avec des procédures de nettoyage en profondeur, la greffe de tissus mous peut stopper la perte de tissus et d'os, et protéger les racines exposées de complications supplémentaires.


En quoi consiste la greffe de tissus mous?


Initialement, un nettoyage en profondeur sera effectué au-dessus et en dessous des gencives pour enlever les dépôts de tartre sur les dents et les racines. La procédure de greffe sera généralement réalisée sous anesthésie locale, mais cela dépend de la taille du site à greffer. Une petite incision sera réalisée sur la zone receveuse afin de créer une petite poche pour accueillir le greffon. Une incision partielle sur l’épaisseur sera effectuée dans cette poche et le greffon est inséré dans l'espace entre les deux sections de tissus. Le greffon est généralement légèrement plus grand que la zone de greffe de sorte qu’un surplus sera apparent.


Des facteurs de croissance riches en plaquettes qui stimulent la croissance naturelle des tissus et qui favorisent une bonne cicatrisation peuvent être appliqués sur le site avant la suture. En outre, des protéines stimulant la croissance tissulaire peuvent être ajoutées pour accélérer la croissance des tissus. Enfin, le site de la plaie sera suturé pour empêcher le déplacement, et un matériel chirurgical sera placé pour protéger la zone sensible. L'uniformité des gencives et la guérison substantielle auront lieu durant les six premières semaines suivant la procédure.


Si vous avez des questions concernant la greffe de tissus mous, veuillez en discuter avec votre dentiste.

Extractions des dents de sagesse

Les troisièmes molaires, communément appelées dents de sagesse, sont habituellement les quatre dernières dents des 32 dents qui font leur éruption dans la bouche, généralement entre l'âge de 17 et 25 ans. Elles sont situées à l'arrière de la bouche (haut et bas), près de l'entrée de la gorge. Le terme « sagesse » découle de l'idée que ces molaires émergent durant la période typiquement associée à une maturité accrue ou « sagesse ».

Dans la plupart des cas, le manque d'espace dans la bouche ne permet pas aux dents de sagesse d'émerger correctement et d’être pleinement fonctionnelle. Lorsque ceci se produit, la dent peut devenir incluse (coincée) dans une position indésirable ou potentiellement nuisible. Si elle n'est pas traitée, la dent de sagesse incluse peut contribuer au développement d’infection, de dommages aux autres dents, et, éventuellement, de kystes ou de tumeurs.


Il existe plusieurs types ou degrés d'inclusions selon la profondeur réelle de la dent dans la mâchoire :


Inclusion des tissus mous : La partie supérieure de la dent (la couronne) a émergé de l'os, mais la gencive couvre une partie ou la totalité de la couronne et elle n’est pas positionnée correctement autour de la dent. Parce qu'il est difficile de garder la zone propre, la nourriture peut être emprisonnée en dessous de la gencive et provoquer une infection et/ou une carie dentaire, entraînant des douleurs et de l’enflure.


Inclusion osseuse partielle : La dent a partiellement émergé, mais une partie de la couronne demeure incluse sous la gencive et la mâchoire adjacentes. Encore une fois, parce qu'il est difficile de garder la zone propre, une infection se produit fréquemment.


Inclusion osseuse complète : La dent est complètement encastrée dans la mâchoire. Ceci nécessitera des techniques d’extraction plus complexes.


Motifs d’extraire les dents de sagesse


Bien que toutes les dents ne requièrent pas d’être enlevées, l’extraction des dents de sagesse est le plus souvent réalisée en raison d'un problème actif tel que la douleur, l'enflure, la carie ou une infection, ou comme mesure préventive pour éviter de futurs problèmes importants. Si l'inclusion d'une ou plusieurs dents de sagesse est présente et qu’elle n'est pas traitée, un certain nombre de conséquences potentiellement néfastes peuvent survenir, notamment :



  • Dommages aux dents adjacentes : Les deuxièmes molaires (dents directement à côté des dents de sagesse) peuvent être affectées par des dents de sagesse incluses, provoquant des caries dentaires et des maladies parodontales (maladie des gencives), et possiblement des pertes osseuses.

  • Maladie : Bien que rares, des kystes et des tumeurs peuvent apparaître dans les régions adjacentes aux dents de sagesse incluses.

  • Infection : Les bactéries et la nourriture peuvent se coincer sous la gencive et provoquer une infection. L'infection peut causer une douleur considérable et être dangereuse.

  • Chevauchement des dents : Il a été suggéré que les dents de sagesse incluses peuvent exercer une pression sur les autres dents et les amener à se désaligner (chevauchement ou rotation). Cette théorie n'est pas universellement acceptée par tous les professionnels des soins dentaires, et elle n'a jamais été validée par des études scientifiques.

Examen des dents de sagesse


Comme pour toute intervention dentaire, votre dentiste voudra d'abord effectuer un examen approfondi des dents de sagesse et des dents adjacentes. Des radiographies panoramiques ou numériques seront prises pour permettre à votre dentiste d’évaluer la position des dents de sagesse et de déterminer si un problème courant existe, ou la probabilité de problèmes futurs. Les radiographies peuvent également exposer les facteurs de risque supplémentaires, tels que la détérioration ou les lésions carieuses des dents voisines. L'évaluation et le traitement précoce (généralement durant la période de la mi-adolescence) sont recommandés afin d'identifier les problèmes potentiels et d'améliorer les résultats pour les patients nécessitant une extraction des dents de sagesse. Ce n'est qu'après un examen approfondi que votre dentiste vous fournira les meilleures options pour votre cas particulier.


En quoi consiste une extraction des dents de sagesse?

L’extraction des dents de sagesse est une procédure courante, généralement effectuée par un dentiste spécialement formé, sous anesthésie locale, sédation intraveineuse (IV) ou anesthésie générale dans la salle de chirurgie du cabinet. La chirurgie ne nécessite aucun séjour à la clinique, et vous quitterez le cabinet avec des instructions postopératoires et des médicaments (si nécessaire) pour aider à gérer l'enflure ou l'inconfort.

Augmentation sinusale


Un implant dentaire est essentiellement une racine artificielle qui est attachée à l'os de la mâchoire. Finalement, une dent de remplacement ou un pont sera solidement fixé à cette racine, rétablissant la capacité fonctionnelle complète de la dent. La clé de la réussite d'un implant et de sa durée de vie dépend de la qualité et de la quantité d'os de la mâchoire disponible pour l'implant. Si l'os a été perdu en raison d'une blessure ou d’une maladie parodontale, une augmentation sinusale peut élever le plancher du sinus pour permettre la formation d’un nouvel os.


Les techniques courantes d'augmentation sinusale sont effectuées avec une petite incision près de la région prémolaire ou molaire sur l’arcade supérieure afin d’exposer l'os maxillaire. Une petite ouverture est pratiquée dans l'os et la membrane qui tapisse le sinus de l'autre côté de l'ouverture est doucement soulevée vers le haut. L'espace sous-jacent est rempli de matériau de greffe osseuse et l'incision est refermée. L'os qui est utilisé pour cette procédure peut provenir de votre corps ou d'un cadavre. Parfois, le dentiste peut utiliser des matériaux synthétiques qui peuvent aussi stimuler la formation osseuse. Les implants sont insérés après la guérison; ce qui dépend de chaque cas. Il a été démontré qu’une augmentation sinusale augmente le taux de réussite des implants dentaires.

Résection apicale


La résection apicale est une procédure dentaire spécialisée par laquelle une des racines d’une dent multiradiculée est extraite. La dent est ensuite stabilisée et pleinement fonctionnelle grâce à une couronne ou une obturation. Les dents multiradiculées les mieux adaptées à une procédure de résection apicale sont les molaires qui se situent dans la zone postérieure de la bouche. Ces grandes dents plates ont deux ou trois racines, dépendant de leurs positions sur la mâchoire supérieure ou inférieure.


L'objectif général de la résection apicale est de préserver d’une extraction dentaire une dent dont la racine est blessée ou malade. La plupart des dentistes conviennent qu'il n'y a pas de meilleure alternative que de conserver une dent saine et naturelle, et la procédure de résection apicale rend ceci possible. Les implants dentaires, les ponts multiples et le remplacement des dents sur mesure peuvent être coûteux et fastidieux. Généralement, la résection apicale et la couronne prothétique nécessaire sont moins coûteuses et peuvent être complétées en 1 à 3 courtes visites.


Quand la résection apicale est-elle nécessaire?


Il est important de noter que la résection apicale ne peut être effectuée que sur une dent en bonne santé. Une extraction sera effectuée si la dent est malade, fortement fracturée ou blessée, même si c’est une dent-clé. Les dents qui sont de bonnes candidates pour la résection apicale ont une surface intacte, un bon soutien osseux, et une gencive saine.


Il y a plusieurs problèmes qui peuvent conduire à une résection apicale, incluant :


  • Dents et racines brisées, fracturées ou blessées
  • Bactéries logées dans les structures radiculaires
  • Perte osseuse sévère localisée en raison d’une parodontite
  • Carie dentaire localisée


En quoi consiste la résection apicale?


Avant d’effectuer la procédure de résection apicale, il est nécessaire d'effectuer un traitement endodontique. L'amputation en soi consiste à sectionner la dent profondément là où se situent les vaisseaux sanguins et les nerfs. Pour cette raison, la pulpe dentaire, ainsi que les vaisseaux et les nerfs doivent être retirés avant la résection des racines. Le traitement endodontique et l’amputation seront effectués sous anesthésie locale.


Durant la procédure de résection apicale, une petite incision sera créée dans la gencive pour bien exposer les racines de la dent affectée. La racine sera sectionnée et séparée de la dent et ensuite retirée. Pour tuer les bactéries résiduelles, toute la zone sera nettoyée avec une solution saline, puis des sutures (points) seront appliquées pour sceller l'incision.


Enfin, une couronne ou une obturation provisoire sera apposée pour protéger la dent. Selon la situation, des analgésiques, des antibiotiques et des rince-bouche médicamenteux antimicrobiens peuvent être prescrits. Les points de suture seront retirés 7 à 10 jours plus tard, et la guérison de la gencive aura eu lieu. Des dispositions pourront être planifiées pour apposer la couronne ou l’obturation permanente.


Si vous avez des questions ou des préoccupations au sujet de la résection apicale, veuillez en discuter avec votre dentiste.

Chirurgie de réduction des poches


La chirurgie de réduction des poches (aussi appelée gingivectomie, chirurgie osseuse et chirurgie avec lambeau) est un terme collectif pour désigner une série de chirurgies visant à accéder à la racine de la dent afin d'éliminer les bactéries et le tartre.


La bouche humaine contient en permanence des douzaines de différents types de bactéries. Les bactéries présentes dans la plaque (la substance collante sur les dents) produisent des acides qui conduisent à la déminéralisation de la surface dentaire, et contribuent ultimement aux maladies parodontales.


Les infections parodontales provoquent une réaction inflammatoire chronique dans le corps qui détruit littéralement les os et le tissu des gencives lorsqu’elle envahit la zone sous-gingivale (en dessous de la ligne des gencives). Des poches gingivales se forment entre les gencives et les dents et elles augmentent en profondeur avec la destruction des tissus.


La maladie parodontale est une maladie progressive qui, si elle n'est pas traitée, entraîne la colonisation massive de bactéries dans les poches des gencives qui peut éventuellement conduire à la perte des dents. La chirurgie de réduction des poches est une tentative d’atténuer ce cycle destructeur, et de réduire la profondeur des poches qui logent ces bactéries.


Motifs d’une chirurgie de réduction des poches


La chirurgie de réduction des poches est une procédure parodontale courante qui a été prouvée comme efficace pour l’élimination des bactéries, la réduction de l'inflammation et la sauvegarde des dents. Les objectifs de la chirurgie de réduction des poches sont :


  • Réduction de la propagation bactérienne — Les bactéries buccales ont été associées à de nombreuses autres maladies graves comme le diabète, les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux. Les bactéries buccales peuvent migrer vers diverses régions du corps par le flux sanguin et les coloniser. Il est important de diminuer les bactéries buccales afin de réduire le risque d'infection secondaire.

  • Freiner la perte osseuse — La réponse inflammatoire chronique provoquée par les bactéries buccales amène le corps à détruire les tissus osseux. Comme la mâchoire devient affectée par la maladie parodontale, les dents perdent leur ancrage rigide. Lorsque les dents sont trop mobiles, elles peuvent avoir besoin d'une extraction.

  • Faciliter les soins à domicile — Comme les poches parodontales augmentent en profondeur progressivement, il devient incroyablement difficile pour le patient de les nettoyer. La brosse à dents et la soie dentaire ne peuvent atteindre le fond des poches, ce qui augmente le risque de nouvelles infections parodontales.

  • Amélioration du sourire — Une cavité buccale qui est affectée par une maladie parodontale n'est pas attrayante. En fait, les sourires peuvent être gâchés par des gencives brunes, des dents pourries et des gencives inégales. La chirurgie de réduction des poches freine la progression de la maladie parodontale et améliore l'esthétique du sourire.


En quoi consiste la chirurgie de réduction des poches?


Avant de recommander un traitement ou toute intervention, le dentiste effectuera un examen visuel approfondi et des radiographies pour évaluer l'état des dents, des gencives et de l'os sous-jacent. La chirurgie de réduction des poches peut être effectuée sous anesthésie locale ou générale, selon la préférence du patient.


Les gencives seront doucement écartées des dents et les bactéries et le tartre seront éliminés. Le détartrage et le surfaçage radiculaire seront généralement nécessaires pour supprimer complètement l'ossification (tartre) de la surface de la racine dentaire. Si la racine n'est pas complètement lisse, une procédure d’aplanissement sera effectuée pour assurer la guérison des gencives, car celles-ci ne se rattacheront pas aux surfaces rugueuses ou inégales.


La dernière partie de la chirurgie est habituellement l'administration d'un agent antimicrobien pour éliminer les bactéries résiduelles et favoriser la guérison. La gencive est ensuite suturée avec de minuscules points qui seront en place durant 5 à 10 jours.


Bien que les gencives soient plus sensibles immédiatement après la procédure, il y aura une réduction significative de la profondeur des poches et une amélioration considérable de l'état des dents et des gencives.


Si vous avez des questions au sujet de la chirurgie de réduction des poches ou du traitement des maladies parodontales, veuillez en discuter avec votre dentiste.

Modification de la crête alvéolaire


Une modification de la crête alvéolaire est une procédure efficace pour traiter une malformation de la mâchoire supérieure ou inférieure. Ces déformations peuvent survenir à la suite d'une maladie parodontale, d’un trauma, d’une blessure, du port prolongé de prothèses dentaires, ou d’un problème de développement. Ces défauts peuvent occasionner une quantité d’os insuffisante pour la pose d’implants dentaires, ainsi qu’une indentation peu attrayante de la ligne de la mâchoire adjacente à la dent manquante.


Pendant la procédure de modification de la crête alvéolaire, la gencive est rétractée de la crête afin de bien exposer le défaut osseux. Le défaut osseux peut être rempli d'un matériau de greffe osseuse ou d’un substitut qui aidera à la régénération de l'os perdu. Enfin, l'incision est refermée et plusieurs mois de guérison seront nécessaires. Selon le cas, le type d'implant et la procédure implantaire, un implant dentaire peut être inséré durant la procédure de modification de la crête alvéolaire, ou lorsque la guérison sera complète; cela dépend en partie de l'état précis de l'os. La modification de la crête alvéolaire améliore l'aspect esthétique, la fonctionnalité de la bouche, et les probabilités de bénéficier des implants dentaires durant plusieurs années.